Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

En route pour les Galapagos.

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 22 Novembre 2016, 00:11am

Petit retour en arrière. Nous sommes à Sosua, en République Dominicaine, il y a quinze jours.

Nous recevons un mail. C'est Karina, notre correspondante et future hôte sur l'île de Santa Cruz. "Je dois recevoir ma tante et ma cousine aux dates où vous devez venir. Je dois leur donner la chambre, je ne peux plus vous recevoir ! Nous sommes à deux semaines de notre arrivée aux Galapagos et nous voilà sans logement ! Grosse colère et envoi d'un mail sans douceur à cette dame ! (En fait, nous soupçonnons Charles d'avoir pris contact avec elle pour lui dire qu'il ne serait pas avec nous. Elle ne l'a pas accepté et a préféré annuler la location. Sacré Charles !!!) 

Nous sommes dans de beaux draps ! Et nous voilà partis pour une recherche d'un logement pas trop cher. Nous trouvons un hôtel, négocions un peu le prix et, ouf, on ne sera pas SDF à Puerto Ayora, la ville de l'île de Santa Cruz. C'est ça les voyages ! 

New York. Une salsa d'enfer se met à retentir. C'est la sonnerie du réveil. Il est 2 h 30 du matin et nous partons à l'aéroport à 4 heures.

Aéroport Kennedy. Les multiples vérifications qui frisent la paranoïa sont terminées. Nous attendons l'avion. C'est le début d'un voyage commencé à 4 h du matin le samedi 19 et qui finira à 17 heures le samedi 20 ! 37 heures de voyage. Une escale de 9 heures à Bogota en Colombie et une autre à Quito en Equateur. Nous passons la première dans l'aéroport, mais pour la deuxième, nous craquons et réservons, en dernière minute, une chambre dans un hôtel. On récupère nos valises. On est content, la valise neuve que nous avons achetée à New York arrive avec une roulette arrachée. Quant à la deuxième, elle n'a pas son cadenas. Avons-nous oublié de le mettre ? Que nenni. A l'intérieur, il y a un petit mot des douanes américaines qui ont ouvert et fouillé la valise. Adieu cadenas !

Et puis, c'est la dernière marche vers les Galapagos. Aéroport de Quito. Première formalité : un bureau du "Gouvernement spécial des Galapados". Examen des passeports, scan des valises. Pour cette première inspection, on nous demande 20 $ par personne. Les bagages, eux, sont scellés afin que nous n'ayons pas la possibilité, après le scan, de rajouter des éléments qui pourraient être interdits.

Enfin, on accède au bureau d'enregistrement. Là, on nous annonce que nous ne pouvons pas partir avec l'avion prévu. Mais pas d'inquiétude, il y en a un autre pour le remplacer. Il part même 5 minutes avant ! Sauf que ce vol est retardé et partira, en fait, avec une heure de retard !

Ouf, ça y est, on se rapproche de l'arrivée ! Nous avons droit aux multiples recommandations faites aux touristes : ne donnez pas à manger aux animaux, ne touchez pas les animaux, n'approchez pas à moins de 2 m, ...

Pendant la collation dans l'avion, une hôtesse asperge chaque compartiment à bagages d'insecticide. Du jamais vu !

L'avion atterrit. On y est, nous sommes aux Galapagos. Sur l'île de Baltra. Il nous faut encore rejoindre l'île voisine : Santa Cruz. Mais avant, passage en douane et .... paiement d'un droit d'entée de 100 $ chacun !

Notre hôtesse nous attend. Nous pensions qu'elle viendrait avec sa voiture ou avec un taxi. C'était méconnaître les Galapagos ! Ici, pas ou très peu de voitures individuelles. Tout fonctionne avec des taxis, des "pick up" qui tournent toute la journée comme tournaient les motos taxis à Santiago de Cuba ou en République Dominicaine !

Et de taxi, pas un seul à l'aéroport. Quant aux bus, ils sont tous partis avec leurs cargaisons d'américains.

Notre hôtesse, Ana, nous dit d'attendre les prochains bus. Ok. Puis, arrive un camion chargé de paquets divers. Après une brève discussion, il est décidé que nous partirions avec ce camion. Les valises sont chargés avec les paquets, Ana monte avec et nous grimpons dans la cabine. Ce sera 10 $ pour nous emmener jusqu'au bateau.

En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.

Arrivée à l'embarcadère, tous les paquets et nos valises sont chargés sur un bateau et nous en prenons un autre pour passagers (1$ par personne). Ici, pas de ferry. Un véhicule est sur une île et il y reste !

Traversée sans histoire dans une mer d'un bleu incroyable. Cette fois-ci, on commence à réaliser que nous sommes bien aux Galapagos !

Déchargement des valises. Il faut encore prendre un taxi. Nous ne sommes pas les seuls. C'est le policier de service qui désignent les personnes qui montent dans les taxis qui arrivent. Il accepte que nous montions avec d'autres personnes. C'est parti pour un tour en pick up. Annie s'installe devant, avec le chauffeur. Ana et moi, recroquevillés à l'arrière avec les bagages. 42 km dans une situation plutôt inconfortable. C'est 5 $ par personne ! Les voyages, c'est bien, mais Indiana Jones à 65 ans, ce n'est pas toujours facile.

Le paysage, aride du côté de l'aéroport, devient verdoyant et nous arrivons à Puerto Aroya, but de notre voyage !

En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.
En route pour les Galapagos.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents