Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Communautés Polynésiennes

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 8 Décembre 2017, 17:18pm

Depuis notre arrivée, nous avons été en contact avec les divers habitants des îles polynésiennes. Nous avons côtoyé, observé, partagé avec eux dans notre vie de tous les jours. Nous avons pu en tirer quelques conclusions (mais qui ne sont que les nôtres) dont nous vous faisons part.

Tout d'abord, lorsqu'on arrive, on a le sentiment que tout le monde se mélange sans soucis. Mais, au fur et à mesure que l'on sympathise avec les uns et les autres, on s'aperçoit que ce n'est pas aussi simple !

Il y a plusieurs communautés qui vivent sans vraiment se mélanger. On se connait, on échange, on sympathise, mais au final, chaque communauté à ses propres intérêts et activités.

Tout d'abord, il y a les Polynésiens. les habitants originaux.

 

Un peuple que nous aimons. D'une extrême gentillesse, il vous accueille les bras ouverts. Simple, c'est un peuple "enfantin". Pas de raillerie derrière ce terme. Les Polynésiens vivent simplement, au jour le jour, on ne s'occupe pas de l'avenir, on ne voit pas au delà du lendemain ou du sur-lendemain. L'intérêt porte sur le lagon et les motus ainsi que sur la Terre nourricière. Donc, il faut un bateau pour la pêche et pour aller sur les motus. Il faut aussi une grosse voiture pour véhiculer toute la famille, les glacières et le matériel de pêche . Alors Pick-up 4X4 ! Par contre, les habitations ne sont pas très importantes et leurs états sont souvent très précaires. On vit souvent en famille, des petits enfants aux grands parents, voir plus ! On aime la fête, la musique et la danse (polynésienne y compris le rock polynésien et la valse polynésienne) ... et la bière !!! Elle coule à flot du vendredi midi (début du week-end) au dimanche soir. La "Hinano" est à l'honneur ... et fait des ravages !

Cette communauté est fortement influencée par les églises. On trouve à Raiatea une très forte proportion de Mormons et de Protestants de toutes sortes. Influence d'autant plus grande qu'il n'y a pas, ici, de séparation entre l'église et l'Etat. Alors si un Maire est d'une religion, on devient un adepte de celle du Maire, ce qui peut servir quand on a besoin d'une aide quelconque. Mais si le Maire change, on n'hésite pas à changer de religion !

C'est une communauté qui vit simplement car la vie, ici, est très chère. Mais on trouve quand même les ressources nécessaires pour acheter boissons et produits sucrés qui font que la Polynésie souffre d'un grave problème d'obésité.

Il est aussi remarquable de voir comment les Polynésiens réussissent à adapter les préceptes imposés par les églises depuis "l'évangélisation" (ce qui, ici, est synonyme de colonisation) à la culture Polynésienne.

Nous aimons beaucoup cette communauté. Elle nous apprend beaucoup, mais nous n'en ferons jamais partie. Nous ne pratiquons pas la langue, nos cultures sont trop différentes. Nous entretenons de bonnes relations, chaleureuses parfois, au gré des rencontres, mais cela ne peut pas aller plus loin. Nous sommes les "popaas" (étrangers) et le resterons. 

La communauté chinoise est importante en Polynésie. Issue de l'immigration arrivée dans les années 1865 et employée comme ouvriers agricoles notamment dans les plantations de coton. C'est dans des conditions proches de l'esclavage que va vivre cette communauté. Les premières femmes ne sont acceptées qu'au début des années 1900, permettant la naissance d'une véritable communauté. Ce n'est qu'à partir de 1973 que les chinois ont le droit d'être naturalisés français et à l'occasion, on "francise" leur nom.

Une partie de cette communauté s'est intégrée au gré des mariages "mixtes" avec les Polynésiens. Mais une majorité de chinois forme une communauté à part, vivant entre eux. 

Pas vraiment acceptés par les Polynésiens, ils tiennent tous les commerces. Ils ne sourient que rarement et ne sont pas très agréables dans l'ensemble.

Pour notre part, nous pouvons dire que nous n'avons aucun contact avec cette communauté qui semble très fermée.

Les "popaas" ou "étrangers" ou plus simplement les français forme une communauté à l'intérieur de laquelle on peut distinguer plusieurs groupes.

- Les enseignants : Ils forment une caste à part. Venant pour un séjour de 2 ou 4 ans, ils se mélangent assez peu à la population qu'elle soit polynésienne, chinoise ou popaas. Ils ont une association qui organise différentes activités (sorties motus, randos, ...) qu'ils font entre eux. Pas très appréciés en général, ils représentent un peu un instrument d'oppression : l'éducation. Ils sont aussi perçus comme étant venus "faire de l'argent" avec leur salaire indexé (majoration de 108% + indemnité d'éloignement égale à 10 mois de salaire). Il y a bien sûr quelques exceptions, mais nous ne côtoyons pas cette communauté sauf en de rares occasions ou parce qu'ils font appel à nous pour garder leur maison.

 - Les popaas travaillant en Polynésie : ils sont un peu plus intégrés : Secteur médical, artisans, secteur du tourisme, ..., ils sont au contact journalier avec les polynésiens, travaillent avec eux et en ont une connaissance plus approfondie. Evidemment ils sont les "décideurs", les polynésiens étant les employés !

Nous avons rencontré des gens bien différents dans cette communauté, allant de ceux qui comprennent et apprécient les polynésiens dans leur complexité jusqu'à à ceux qui s'avouent volontiers d'extrême droite avec ce que cela peut sous entendre vis à vis de la population locale ! Nous avons sympathisé avec certains, pas avec d'autres. Ils font appel à nous pour leurs maisons.

- Les retraités installés en Polynésie :

Certains ont travaillé ici et se sont installés. D'autres sont arrivés en Polynésie lors d'un voyage ... et sont restés, d'autres encore sont venus pour passer leur retraite. Avantage (qui n'en est plus un maintenant mais qui bénéficie toujours aux anciens) : L'indexation de la retraite ! Problème : S'ils s'absentent plus de trois mois par an du Territoire, ils perdent cette indexation !

C'est une communauté que nous côtoyons un peu car ils nous confient leurs maisons ou font des activités avec nous, mais nous sommes souvent mal à l'aise des réflexions qu'ils font sur les polynésiens qui sont souvent racistes.

 

Toutes ces communautés se côtoient mais ne se mélangent que rarement. En ce qui nous concerne, nous voyageons de l'une à l'autre au gré de nos gardes, mais nous ne pouvons nous intégrer réellement à aucune. Elles sont soient très différentes de nous, soient assez détestables dans leurs façons de penser.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents