Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Vivre à Raiatea.

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 25 Mars 2017, 21:55pm

Nous avons pris possession de la première maison que nous allons garder pendant un mois. Nous vivons donc à Raiatea, en Polynésie française !  Rien ne nous prédestinait à ça et nous ne l'avions pas même envisagé ! Mais nous sommes en plein dans l'un des objectifs de notre voyage : mieux connaître la vie des habitants des pays que nous traversons en essayant de vivre comme eux !

Des trois semaines initiales, nous sommes passés à plusieurs mois.

Tout ceci n'est évidemment possible que par le fait que nous allons garder des maisons et que nous n'aurons donc pas de frais pour nous loger.

Le principe et les conditions de ces gardes sont simples : les gens qui partent souhaitent faire garder leur maison pour diverses raisons. La sécurité n'est pas le motif premier car la délinquance n'est pas encore très développée. Deux points sont plus importants. S'occuper des animaux domestiques (chiens, chats, poissons, ...) et maintenir la maison dans un état de vie car dans ces climats chauds et humides, une maison fermée s'abîme très vite et devient rapidement le logis d'un nombre important d'insectes. L'entretien des jardins et/ou des piscines peut faire l'objet du deal. Mais souvent, femmes de ménage et jardiniers continuent de venir. De notre côté, en plus du logement gratuit évidemment, nous demandons un accès à internet et la mise à disposition d'un véhicule qui, ici, est essentiel pour se déplacer. C'est un échange simple qui fonctionne très bien sur l'île. Evidemment, ce sont les français expatriés qui participent à ces échanges, qu'ils soient retraités ou en activité.

Si un véhicule est nécessaire, un GPS est superflu ! Ici, une seule route qui fait le tour de l'île et une deuxième, transversale, qui réduit les distances entre le sud et l'Est de l'île.

Pas d'adresse sur l'île. Pour le courrier, il faut une poste restante car il n'y a pas de distribution.

Uturoa se trouvant au Nord de l'île, vous en partez soit par l'Ouest, soit par l'Est. Pour vous repérer, il faut s'en référer aux bornes kilométriques. Pour trouver une maison, on vous dira "km 12,5 côte ouest" et on vous donnera quelques indications supplémentaires (boutique, pont, travaux, ...) qui vous permettent de trouver.

Carte de Raiatea.

Carte de Raiatea.

Raiatea est divisée en trois communes : Uturoa, Taputapuatea et Tumaraa. Uturoa est la ville la plus importante de l'île et elle héberge de nombreuses structures administratives des Iles Sous Le Vent.

Ici, tout semble être bon enfant. On se tutoie, Polynésiens et Européens vivent ensemble. Mais si on observe bien, on constate un fossé entre ces deux communautés. 

D'un côté les "popas", beaucoup de retraités à l'aise financièrement, de fonctionnaires bien payés ou de jeunes français ayant monté une activité ici (école de plongée par exemple). De l'autre, les polynésiens de souche, pêcheurs, ouvriers du bâtiment, de la voirie, employés d'administration, employés des popas (femmes de ménage, jardiniers, ...), chômeurs, ... qui vivent dans des conditions plus difficiles.

Nous avons eu la possibilité de participer au F.I.F.O. (Festival International du Film Océanique).

Affiche du FIFO 2017

Affiche du FIFO 2017

C'est un festival de films documentaires, courts métrages ou long métrages qui sont issus d'un pays océanique. Se côtoient des productions aussi bien de Tahiti que des îles Fidji, de Hawaï, ou de Nouvelle Zélande.

On peut y voir de très beaux et intéressants documents sur les us et coutumes des peuples d'Océanie. Mais nous avons pu constater lors des deux soirées de projections auxquelles nous avons participé que peu de polynésiens étaient présents (couple mixtes principalement) ! De la même façon, des activités typiquement locales comme les répétitions des danses ou quelques fêtes locales n'attirent que les locaux et quelques touristes.

Nous avons aussi été à deux soirées dansantes et, là encore, très peu de polynésiens étaient présents.

Evidemment, ces premières impressions sont à confirmer, nous ne sommes pas encore là depuis longtemps et nous avons encore beaucoup à apprendre.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents