Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Un petit coin de Paradis

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 5 Décembre 2016, 03:23am

Un petit coin de Paradis

Galapagos !

C’est fini, nous partons vers de nouvelles contrées ! Mais avant de partir, deux anecdotes :

Annie a eu une demande en mariage ! Comme elle s’attristait de devoir partir, le propriétaire de l’hôtel lui propose un mariage … contre 4 000 $ ! Grâce à cette union, elle deviendrait automatiquement Galapagocienne et pourrait s’installer sans problème dans les îles ! Il ne resterait ensuite qu’à divorcer pour se remarier avec moi qui deviendrait alors Galapodacien ! Simple dans le principe, mais au-delà de l’anecdote, le fait d’avoir fait cette proposition montre peut-être que cela se pratique ici. Bien évidemment c’était une plaisanterie, mais … après une proposition à  Saint Domingue de la part du gardien qui voulait qu’Annie l’emmène en France pour qu’il puisse avoir une retraite qui n’existe pas en République Dominicaine, je me demande si je ne vais pas me retrouver seul un de ces jours !

Nous sommes à l’aéroport, nous attendons notre vol. Les bagages sont enregistrés, nous maigrissons puisque nous ne dépassons plus que de un kilo ! Bref, tout va bien. Pourtant, une hôtesse d’accueil vient nous voir, regarde nos passeports et après avoir communiqué avec un talkie-walkie, me demande de suivre un employé car quelque chose ne va pas avec les bagages ! Nos valises ne sont pas en très bon état, peut-être sont elles cassées ? Non, l’une d’elle est sur une table et les employés autour, gardes et douaniers, me demande de l’ouvrir. Que se passe-t-il ? Oh ! Oui, les coquillages ! Mais ils ne sont pas d’ici, ils sont de Cuba ! Après examen, on les remet en place ! Ouf ! Ici, on ne rigole pas avec ça ! On a de la chance qu’il n’y ait pas les mêmes aux Galapagos. Sinon, on ne sait pas si nous aurions pris l’avion et quelle amende nous aurions eu ! Mais c’est décidé, à Quito, on s’en débarrasse !

Galapagos ! Il y a un an, ce n’était pour nous qu’un nom évoquant de vagues îles perdues au milieu du Pacifique. On savait que c’était un refuge pour les oiseaux et différents animaux, que c’était « écologique », mais on ne savait même pas si ces îles étaient indépendantes ou si elles appartenaient à un pays ! On n’avait même pas en tête d’y aller. Et puis l’idée du voyage est venue, le parcours s’est affiné et nous avons pensé à ces îles comme étape.

Comme nous avons eu raison ! Les iles Galapagos sont uniques ! A ne manquer sous aucun prétexte si votre route vous mène à proximité. Nous avons passé 15 jours dans un paradis, nous serions restés plus longtemps si notre périple n’était pas décidé. Nous reviendrons dès que nous le pourrons !

Les Galapagos, c’est d’abord des paysages de rêves. Une mer comme nous n’en avons vu nulle part. Les nuances de bleu sont infinies. Ce sont ensuite ces animaux, lions de mer, iguanes, oiseaux en tout genre, tortues terrestres ou marines qui font parties intégrantes de la vie, que l’on rencontre partout et qui vivent en harmonie avec l’homme. C’est une nature sauvage, préservée, et sur laquelle veille une armada de gardes du parc national.

Ce sont aussi de petites villes où toute voiture est interdite à l’exception des taxis et de quelques véhicules utilitaires indispensables. Calme absolu ! Et puis ce sont des gens gais. Souriants, aimables, discrets, cools.

L’économie, ici, c’est le touriste. Tours opérateurs, taxis, restaurants, petits hôtels, locations de vélos, … tout est fait pour le « satisfaire ». Avec le revers de la médaille, les prix exorbitants … si on ne sait pas s’éloigner du centre touristique des villes. Mais au moins, ici, pas de « all inclusive », pas de plages aménagées, on vient aux Galapagos pour découvrir une nature qui n’est pas loin de ce qu’elle était il y a des millions d’années. Il faut donner de sa personne pour les découvrir, marcher, grimper, ramper, plonger, pédaler,  mais tous les efforts sont récompensés.

Encore une fois, le point noir est le coût que représente cette découverte. Mais, on peut aussi « casser les prix » en osant. Pas en marchandage, ici ce n’est pas de mise. Mais en osant, nous avons pu obtenir 14 nuits dans notre hôtel pour 400 $ au lieu du prix normal qui s’élevait à 812 $.

Pas de miracle pour ça.  Quand l’hôte où nous avions réservé nous a lâchés, il fallait trouver quelque chose. Les hôtels étaient hors de prix. J’ai écrit, proposé notre prix maxi … et il a été accepté. Le voyage nous aura aussi appris à oser ce que nous n’aurions peut être pas fait avant.

Il est sûr que nous resterons marqués par ce séjour. Notre voyage avance, nous ne pouvons rien regretter tellement il est riche !  On continue.

Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis
Un petit coin de Paradis

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents