Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Installation à Saint Domingue

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 22 Octobre 2016, 03:40am

Saint Domingue. Pour nous comme pour beaucoup, c’est synonyme de soleil, de belles plages, d’une mer bleue azure, d’hôtels « all inclusive », de fêtes, …
Comme à Cuba, nous n’avons pas voulu entrer dans ce cadre et nous voulons découvrir un peu de ce qu’il y a derrière tout ça .
Notre première étape se situe au sud de l’île, dans la banlieue de Santo Domingo, la capitale.
Nous avons loué pour deux semaines un appartement au rez de chaussée d’une petite maison, dans la « banlieue ».
Nous arrivons en début d’après midi et la première chose à faire est de trouver de l’argent et de faire quelques courses. Pour l’argent, rien à proximité, ni banque, ni distributeur. Pour les courses, on trouve plusieurs « colmados », petites boutiques où l’on peut trouver le minimum : quelques fruits et légumes,  un peu d’épicerie, du lait, des boissons, …. C’est un peu juste pour ce dont nous avons besoin (puisque nous n’avons rien quand nous arrivons) et nous n’avons pas de Pesos Dominicain ! Qu’importe, nous contractons notre première dette, on paiera plus tard. Le père de notre propriétaire se propose très gentiment de nous emmener jusqu’à un supermarché où il y a des distributeurs de billets.

Installation à  Saint DomingueInstallation à  Saint DomingueInstallation à  Saint Domingue

C’est parti. Je comprends très vite qu’il est bon de ne pas être au volant. Apparemment, ici, une seule règle : je fais ce que je veux ! La circulation est dense, les véhicules plus modernes qu’à Cuba (plus silencieux, moins polluants), même si certains taxis sont dans un état tel que nous jurons de ne pas y monter. Idem pour les motos, dont les chauffeurs un peu aventureux, n’hésitent pas à prendre 2 ou même 3 personnes derrière ! Ça vient de partout, aucune priorité. L’horreur. Et dire que quelquefois nous avons eu peur à Cuba !
Le supermarché est à plusieurs kilomètres de la maison et nous comprenons que là où nous allons habiter nous serons loin de tout. Pas cool.
Nous arrivons au supermarché. Un peu l’équivalent des petits supermarchés que l’on trouvait avant qu’ils ne deviennent des « hypers ». On y trouve à peu près tout, ce qui nous change de Cuba. Des produits locaux bien sûr, mais beaucoup de produits importés. On essaie de résister, mais c’est bon de retrouver quelques produits. On ne s’attarde pas trop, on prend juste le nécessaire, car la personne qui nous accompagne nous attend. On paie avec la carte bleue. On a retrouvé  la « civilisation ».
Mais on ne pourra pas payer partout en CB, alors c’est le distributeur de billets. Le premier refuse de conclure la transaction. Passons au suivant. Pareil. Mince, si on ne peut pas prendre d’argent aux distributeurs, ça va être compliqué. Notre hôte se renseigne. Il semble qu’il y ait un problème avec les distributeurs, ils ne fonctionnent pas !  Pourtant, plein de gens retirent de l’argent ! Bon, pas grave, il nous emmène à un autre endroit. Nouveaux essais, même réponse. Tant pis, on abandonne pour aujourd’hui. Nous demandons s’il serait possible de revenir le lendemain pour régler ce problème et faire de plus grosses courses. Pas de soucis. Moyennant finance bien sûr. 
Le logement est assez sympa. Évidemment c’est un peu rustique, ça fait un peu bricolage, mais c’est comme ça depuis qu’on est parti. On s’installe, on trouve que c’est silencieux (pas de grosses voitures ou gros camions pétaradants, pas de gens qui parlent fort entre eux ou d’un bout de la route à l’autre, pas de reggaeton à fond, pas de motos, …) même si on entend un peu de musique (bachatas bien sûr, mais aussi … salsas que nous n’entendions pas à Cuba ! On est content d’être là … jusqu’au lendemain matin où Annie crie en voyant un cafard courir à ses pieds ! Sympa comme colocataires. Il faudra les présenter aux Doudous ! Nous aurons d’autres surprises comme les coupures de courant chaque jour pour plusieurs heures, inondation de la totalité de l’appartement quand il pleut à torrent (et c’est la saison des pluies !!!), bref, pas tout à fait idyllique. 

Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue
Installation à  Saint Domingue

Bon, il faut quand même faire les courses et se procurer des pesos dominicains.
Pour les courses, pas de problème, on trouve ce qu’on veut, on fait quelques provisions et on peut se rendre compte que la vie à  Saint Domingue est assez chère. Mauvaise surprise qui se confirmera quand nous irons dans des « cosinas », petits restaurants de rue, où il faut dépenser 300 RD$ (6 €) à 2 là où nous dépensions 2 CUC  (2€) à Cuba (bon, d’accord, il faut relativiser) ! Dans les autres restaurants (pour les touristes), c’est souvent le même prix qu’en France. 
Pour l’argent, le cirque des distributeurs recommence. Impossible de retirer de l’argent.  Il nous faut donc tenter notre chance au guichet d’une banque avec notre carte bleue. Il y a la queue, mais ça, maintenant, on connait bien ! Et puis, c’est une queue « comme en France », pas de garde pour faire entrer au compte gouttes. C’est notre tour, on accepte notre carte, on ramasse nos billets et on repart. On va pouvoir régler nos dettes.
 Merci à notre hôte pour sa patience.

Installation à  Saint DomingueInstallation à  Saint Domingue
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents