Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Histoire de visas

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 10 Octobre 2016, 17:20pm

Histoire de visas
Histoire de visas

Nous restions plus d'un mois à Cuba, nous devions faire prolonger nos visas.
Lundi dernier, le propriétaire de l'appartement nous accompagne jusqu'aux bureaux de l'immigration.
C'est assez loin, il faut prendre le bus.
Pas de chance, on attend le cyclone, tout est fermé. Toutes les administrations, les écoles, les magasins...... Il faut dire qu'à Santiago on a connu Sandy alors pour Matthew on se prépare....
Il faut attendre que le cyclone soit passé. Nous sommes le 3 et nos visas ne sont valables que jusqu'au 7 ....
Matthew est parti, hier vendredi nous repartons pour le bureau de l'immigration.
Entre temps nous avions lu dans un guide que, pour le renouvellement de visa, il fallait acheter les timbres fiscaux à la banque. Nous avons pu le faire la vielle en rapportant la voiture en ville. La banque venait juste de réouvrir après le cyclone. " 25 euros par personne " ......
Nous décidons de prendre les motos taxi plus rapides que le bus et moins chères que le taxi. Alors c'est short et débardeur pour nous deux.
Arrivés là bas, la seule chose qu' on nous dit presque en hurlant c'est " no short, no débardeur, il faut revenir mardi." Lundi est férié c'est la fête de l'abolition de l'esclavage à Cuba.
On nous a expliqué ensuite à la casa que dans toutes les administrations on devait se présenter en tenue correcte. Cela nous était déjà arrivé l'an dernier. On s'était vu refuser l'entrée à une soirée dansante parce que Patrick portait un tee shirt et non une chemisette.
On essaie de discuter mais vu le ton on comprend vite que ce n'est pas la peine d'insister.
Nous sommes consternés. Tout d'abord nous sommes le 7, dernier jour de validité des visas. Mardi nous avons une sortie prévue et revenir encore une fois, la barbe. Mais nous n'étions pas au bout de nos peines ........
Une jeune femme dans la file devant notre embarras me propose de me prêter sa jupe.....mais pour mon Doudou.......
Nous repartons penauds. On ne se laisse pas abattre. Hop, on attrape une autre moto, direction la casa, on file se changer. Les chauffeurs nous attendent et c'est reparti. Moi en robe, sur la moto, mon Doudou en jean et tee shirt à manche par presque 40 à l'ombre, il peste ....
Cette fois on passe l'accueil sans encombre, des bureaux, des files où aller ?
Aucun employé ne fait l'effort d'essayer de nous comprendre ou de se faire comprendre.....
Enfin un couple de français parfaitement bilingue. C'est bien la bonne file, le bon bureau mais c'est terminé pour aujourd'hui le quota est atteint on ne nous prendra pas. Le monsieur nous dit que ça va être son tour, il nous propose de passer avec lui et il expliquera notre cas. Il sert d'interprète ça marche, l'employée accepte, elle s'occupera de nous à la fin quand tout le monde sera passé.....
Ouf ! Il est 11h, on en a bien pour une bonne heure vu la file. Ça va plus vite que prévu, au bout de 45 mn on vient nous chercher.
On donne nos passeports, nos visas périmés, nos timbres fiscaux, on nous pose quelques questions et on nous demande " el seguro "!!!???..... Ben quoi el seguro ? Ah oui l'assurance prise en charge médicale etc...et bien elle est à la casa. Alors vous reviendrez mardi.....
Pas moyen de discuter mais bon elle propose qu'on reparte vite fait la chercher, elle nous attendra pour finir son service.
Aller hop, mon Doudou, c'est reparti pour un tour de moto. Il va y aller seul, moi je reste là avec la brave dame, en attendant. Tant qu'on la tient, on ne va pas lâcher comme ça.
En 20 mn mon Doudou avait fait l'aller retour, on nous pose encore quelques questions, on termine de remplir les papiers, on colle les timbres. Ouf nous avons nos visas !!!!...
On va profiter de la proximité du bel hôtel Mélia de Santiago pour nager dans sa superbe piscine et se régaler dans son magnifique restaurant.
Des expériences comme celle là ça calme..... Notre petit confort de petit bourgeois français moyen est quelques fois mis à mal. Et encore, pour nous, dans un pays comme Cuba être européens avec quelques euros en poche ça rend la vie plus agréable.
Une question nous est venue à l'esprit "est ce aussi compliqué pour nos immigrés " ???....

Histoire de visas

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents