Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Vadrouille à Cuba

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 29 Septembre 2016, 23:09pm

Nous sommes partis de La Havane pour effectuer un petit périple qui doit nous mener à Santiago de Cuba. Nous avons loué une voiture et les propriétaires de l’appartement nous conduisent à l’hôtel Melia Habana où notre voiture nous attend. Du moins nous l’espérons car ici, même si vous avez réservé et payé, vous n’êtes sûrs de rien. Nous payons 20 cuc pour le transport et nous prenons congés de nos hôtes dans de grandes embrassades. Puis, Annie garde les bagages et je vais au bureau de Cubacar, la seule agence du pays qui loue des voitures. Incontournable. Personne au bureau. Je prends un siège et j’attends. Environ 15 minutes plus tard, une personne arrive, regarde un petit mot manuscrit posé sur le bureau et que je n’avais pas compris et sur lequel figure un numéro de téléphone. Il appelle, discute, raccroche et me fait comprendre que l’employé qui s’occupe de la location est à l’aéroport et qu’il sera là dans 30 minutes ! Bon ! En fait, j’attendrai 2 heures et demie avant qu’il n’arrive ! C’est Cuba !
Enfin, nous avons la voiture, une Geely, comme en novembre. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une marque de voiture chinoise. Ça roule, ce n’est pas inconfortable, pour le reste …
Conduire à Cuba nécessite d’être concentré. L’état des routes, si vous ne vous écartez pas des grands axes, est acceptable. Il y a bien des trous plus ou moins larges et profonds, des cyclistes à contre-sens sur l’autoroute, des animaux, des tracteurs, des camions qui traversent ou font demi tour sur l’autoroute, si vous ne roulez pas trop vite, si vous ne regardez pas le paysage, ça passe. Si, par contre, vous vous aventurez hors des grands axes, alors vous risquez de vous retrouver sur des « pistes » à peine carrossables où vous ne rencontrez personne et où quelquefois vous vous arrêtez pour aller voir si vous allez passer le trou qui se trouve devant ! On a expérimenté ces routes, c’est stressant !
L’importation d’un GPS est interdit à Cuba. Mais, si vous en avez un sur votre téléphone, personne ne vous dira rien. Trouver un GPS mondial et gratuit n’est pas non plus courant. En trouver un avec une carte de Cuba est encore moins facile. Alors je vous recommande l’application Navigator qui comprend une version gratuite et une version payante. Nous avons la version gratuite, elle est tout à fait performante à Cuba. Nous voyons la différence avec notre dernier séjour où quelquefois nous avions un peu galéré pour trouver notre chemin.
Attention également aux auto-stoppeurs. Les transports publics étant défaillants et inhumains, le stop est un sport national. Au bout d’un moment, vous finissez par culpabiliser et vous vous arrêtez. Vous êtes alors assaillis et vous vous retrouvez avec trois personnes à l’arrière de la voiture sans que vous ayez dit un mot ! La plupart du temps, tout se passe bien et dans la bonne humeur. Cependant, nous venons de faire l’expérience que certains stoppeurs ne cherche qu’à vous dépouiller. A un croisement, deux jeunes hommes sont montés à l’arrière avec notre accord. D’habitude, nous mettons les sacs à dos devant quand quelqu’un monte, par mesure de sécurité. Là, ils sont montés si vite que nous n’en avons pas eu le temps. Le premier s’installe immédiatement entre les deux sièges avants et entame la « discussion ». Dans le rétroviseur, je m’aperçois que le second louche très fort sur les sacs à dos. Je dis à Annie de veiller sur ce qui se passe derrière et elle demande qu’on lui passe les sacs à dos. L’une deux est déjà entrouvert et la sangle de son sac à main qui se trouve à l’intérieur est sortie. Nous comprenons à qui nous avons affaire et eux, comprennent qu’ils sont démasqués et nous demandent de les arrêter sur le bord de la route. Ils n’ont même pas fait un kilomètre, preuve qu’ils n’allaient nulle part. Cette expérience nous a obligé à prendre quelques mesures. Garder les portières arrières fermées. Ne prendre aucun stoppeurs aux carrefours, privilégier les familles, femmes avec enfants ou hommes seuls mais jamais quand il y a un rassemblement. Nous ne prendrons plus que les stoppeurs isolés. Attention, ce qui nous est arrivé aurait pu se produire de la même façon en France ou ailleurs. Ce n’est pas un danger particulier à ce pays où nous nous sentons en parfaite sécurité.
Première destination, Soroa - Las Terrazas. Nous passons du bruit et de la pollution de La Havane au calme de la forêt tropicale, entrecoupé des cris d’oiseaux, d’insectes et de grenouilles. Notre casa est une maison située au cœur de cette réserve biologique. Un havre de paix tenu par une maîtresse de maison artiste culinaire. Jamais nous n’avons mangé d’aussi beaux petits déjeuners ! Les photos qui suivent vous le montreront.

Vadrouille à Cuba
Vadrouille à CubaVadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba

Nous vous recommandons hautement cette casa si vous venez faire un tour dans cette partie magnifique de Cuba. Elle est en plus située près de l’orquideario et près de la grande cascade El Salto. Visiter ces deux endroits est un plaisir des yeux. Et par les chaleurs qui règnent, se baigner dans les « piscines » naturelles au pied de la cascade est un réel plaisir.

Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba

Après ces deux semaines agitées à La Havane, le retour au calme nous fait un bien fou, mais attention aux moustiques !
A l’occasion de cette halte, nous nous sommes promenés dans la petite ville de Candeleria et nous avons échangé quelques mots avec les pensionnaires d’une maison de retraite. Encore un moment émouvant et inoubliable. Quelques minutes d’un accueil chaleureux ponctuées par une photo mémorable.
Photo
Deuxième destination, Jovellanos, ville située en dessous de Matanzas. Simple étape pour nous sur la route de Ciego de Avilla. Nous ne savons pas si la réservation que nous avons faite est toujours valable car les mails et SMS que nous avons envoyés depuis février pour confirmer notre venue sont restés sans réponse. Après avoir un peu cherché la casa que tout le monde connaît en ville, nous arrivons devant un portail en fer. Nous sonnons. On nous ouvre le portail. Et là, nous découvrons un petit coin de paradis ! C’est une merveille. Difficile à décrire. Les photos qui suivent en disent plus.

Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba
Vadrouille à Cuba

On ne nous attend pas vraiment, mais il n’y a personne alors ça ne pose pas de problème. Comme j’avais négocié le prix, il me faut montrer les mails pour le prouver car ils ne sont pas au courant, mais puisque j’ai réservé à ce prix, pas de problème.
Nous finissons l’après-midi au bord de la piscine avec les Doudous ! Le pied !
Photo Doudous
Le lendemain matin, départ pour Ciego de Avilla qui nous a réservé tant de surprises que cela ferra l’objet du prochain article.

Commenter cet article

Corinne 30/09/2016 19:56

ça donne envie !!! c'est magnifique

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents