Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voir, découvrir, connaitre et partager

Voir, découvrir, connaitre et partager

Connaitre et découvrir le Monde à deux, pour un tour du Monde il n'y a pas d'âge.

Randonnées au Pico del Teide.

Publié par Patrick et Annie Bernier sur 16 Mai 2016, 12:00pm

Le Teide
Le Teide

Incontournable quand on se rend à Tenerife, le Pico del Teide se voit de toute l'île. On peut se contenter de l'admirer de loin ou l'approcher au plus près. Quand nous étions venus en 2002, le vent était trop violent et les téléphériques ne fonctionnaient pas. Nous nous étions contentés de marcher sur la lave.

Cette année, comme nous accompagnions des randonneurs, il a bien fallu suivre. Alors, nous avons fait 2 jours de rando. Le premier jour, nous avons suivi un itinéraire balisé autour du Teide. Environ 6 km effectués tranquillement à travers des paysages inoubliables, changeant continuellement d'aspect, dans le calme le plus total. Moments magiques dans la nature volcanique de l'île.

Le lendemain fut beaucoup plus difficile puisqu'il s'agissait de gravir le Pico de Teide, 3718 m d'altitude, troisième volcan du monde, le plus haut sommet d'Espagne, plus haut que les sommets pyrénéens ! Sa dernière éruption eut lieu en 1909 et a formé le cône du Chinyero autour duquel nous avons fait notre première rando.

Annie avait sagement décidé de monter en téléphérique avec notre fille et nos deux petits fils et je me suis lancé dans l'ascension avec le compagnon de notre fille.

Dénivelé d'environ 1500 m à gravir pour aller au sommet. Il nous a fallu 4 heures pour atteindre les 3600 m d'altitude et parvenir à la dernière partie qui monte jusqu'au cratère et que l'on ne peut atteindre que si l'on a pris la précaution de réserver, la veille, une heure de passage. Les gardes sont très strictes et impossible de passer si l'on est pas inscrit ou à un autre moment que ce qui est prévu (créneaux de 2 heures), tout ceci pour garantir la sécurité du site et des personnes.

L'ascension commence par une route gravillonnée à la pente faible. Ensuite le chemin prend les dimensions d'un petit sentier plus raide pour finir par des "marches" taillées dans la lave. Tout du long, nous avons pu contempler le paysage volcanique par un ciel bleu et la mer de nuage au dessus de la côte et de la mer.
Le chemin passe par le refuge Altavista. Après une courte pause sur le banc du refuge, nous avons continué notre route jusqu'au sommet de la télécabine, où deux personnes contrôlent les permis et passeports.

Après quatre heures d'ascension, je n'en pouvais plus et j'ai renoncé à aller jusqu'au cratère ! J'étais vidé et la fatigue + l'altitude me donnait des nausées.

La descente fut plus facile puisque effectuée en téléphérique (Pour info, l'aller simple coûte 13,50 €, montée ou descente).

Evidemment, le paysage est grandiose, mais nous ne sommes pas en extase devant ces grandes étendues de lave, nous préférons ceux du type "lac de Gaube", avec lacs, rivières, couleurs ...

Si vous êtes en forme, faite l'ascension, cela vaut le coup de se "défoncer" un peu. Sinon, montez par le téléphérique, c'est un peu cher, mais incontournable à Tenerife.

Le Teide.

Le Teide.

Randonnées au Pico del Teide.

Nous avons testé quelques éléments de la dotation Décathlon à l'occasion de ces randos.

En ce qui concerne les chaussures de marche, elles sont confortables, tiennent bien au pied, et elles accrochent parfaitement au sol. Je n'ai jamais dérapé pendant la montée, ce qui est important, et ce quelque soit la nature du sol, graviers ou rochers. Mais tout était sec, il faudra vérifier sur sol mouillé. A vérifier aussi en descente. Un hic tout de même, ce ne sont pas des chaussures montantes, elles ne protègent donc pas la cheville.

Pour la veste, elle protège parfaitement du vent, tient chaud et n'est pas trop pesante. Un petit défaut toutefois, l'impossibilité de serrer au niveau du cou, ce qui laisse entrer le vent au niveau de la gorge. Dans certaines circonstances, il faudra trouver une solution. Par contre, la capuche avec visière et réglable par des velcros à l'arrière est une bonne trouvaille. Tout ceci reste à vérifier dans des régions plus froides.

Pour la caméra, nous l'avons testé avec le harnais, en marchant. Ne pas en abuser si on ne veut pas avoir le mal de mer en regardant les films. Par contre, filmer de cette façon dans les endroits où l'on ne veut pas nécessairement être vue caméra au point est sans doute intéressant pour conserver un caractère plus naturel aux personnes filmées.

La perche a permis de me filmer lors de l'ascension du Teide. Peut faire des images sympas, mais la vidéo est à traiter ensuite, car le son est très faible. Toutes les fonctions n'ont pas été testées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents